Tu connais tes croyances? 

Lorsque je discute avec une muse, très vite, je peux discerner certaines de ses croyances (sur l’argent, le pouvoir, l’amour, le bonheur… )

Tu t’en doutes, c’est beaucoup plus simple de voir clairement lorsqu’on est pas concerné.

Mais lorsqu’il s’agit de mes propres croyances… c’est plus compliqué: je les vois plutôt comme une réalité. 😉 (c’est pour ça que moi aussi, j’ai engagé un coach…)

Pourtant, les connaître et changer celles qui font mal est fondamental. 

Ton système réticulé activateur

Tu connais les études du Dr Richard Wiseman sur la chance?

Je te fais un résumé.

Ceux qui se considèrent malchanceux sont tendus et anxieux: leur cerveau porte toute leur attention sur les menaces. 
Ceux qui se pensent chanceux sont détendus: ils sont donc capables de saisir les opportunités (comme celle de gagner 100 euros facilement).

Tu vois, quand j’étais jeune, je me pensais une expérience scientifique. 
Je me sentais incapable de ressentir de véritables émotions.
Je me sentais si différente.
Je me sentais si peu aimable.

Le cauchemar qui se répétait sans cesse était celui-ci:
TOUS savaient TOUT ce que je pensais.

Ils pouvaient lire dans mes pensées.
Mes parents n’étaient pas mes parents, mes amis n’étaient pas mes amis.
Tout, absolument tout, était faux.
Et ils me jugeaient, sans cesse, pour tout ce que je faisais de mal.
Tout ce que je ressentais de mal, même.

Mes rêves se finissaient souvent de cette manière: il y avait un jugement au tribunal. J’étais déclarée coupable et ensuite mise à mort. Gloups.

Réjouissant comme création de l’esprit, à peine enfant…. non? 

Bien sûr, c’était très compliqué pour moi, les relations avec les autres enfants.
Avec les adultes aussi et bien entendu, avec ma famille.
Je ne me sentais proche que des animaux. 

(ne pleure pas, l’histoire se finit bien 😉 )

Tu imagines?
Persuadée que je ne suis pas humaine, que tout le monde me juge et me ment, tout ça pour finir exécutée? 

Et c’était à peu de choses près ce qui se passait dans la réalité aussi. 

Longtemps, un fond de ce cauchemar est resté en moi. 
J’avais peur de l’humiliation. J’interprétais le silence comme une mauvaise pensée me concernant, un sourire comme une moquerie, la perception de mes sentiments comme une honte. 

Et bien sûr, cela se reflétait, encore, dans ma réalité. 

Un jour, plutôt que de haïr la race humaine, j’ai décidé de travailler sur moi, à la source: mes croyances sur le monde, sur ma propre personne et sur les gens qui m’entourent. 

Au lieu de m’imaginer un monde cruel, je me suis dit: et si dans le fond, tout le monde conspirait pour mon bien, que se passerait-il?

Et tout a changé… 

Pour obtenir ce que tu veux, il faut avant tout que tu te l’autorises: ton état d’esprit est la clé.

Lorsque ton système nerveux se détend, tu peux enfin voir les opportunités.

Si tu crois que tu mérites d’être heureuse, si c’est véritablement ta croyance, tu pourras profiter au mieux des situations qui se présentent à toi et ta vie se transformera.

Si tu crois que le monde te veut du mal (ou que tu dois choisir entre le bonheur et l’argent, l’amour et la passion, la profondeur et la simplicité, l’autorité et la gentillesse…), ton système réticulé activateur s’activera pour voir ce qui correspond à tes croyances et cela créera de nouvelles complications dans ta vie.

C’est pour cette raison que j’ai décidé d’offrir à mini prix le premier module de ma formation. Pour que tout le monde puisse goûter à cette transformation, en commençant par changer ses croyances.

Alors, ça te dit de changer de vie?

Pin It on Pinterest

Share This