Souvent, je donne un exercice aux muses célibataires que j’accompagne.
Je les invite à écrire à l’un ou l’autre de leurs anciens amoureux en leur demandant, honnêtement, munies de toute leur vulnérabilité: de quelle façon t’ai-je empêché de m’aimer?

Se sont-ils sentis en sécurité? Se sont-ils sentis jugés? Critiqués? Rejetés? Ont-ils eu trop peur de te blesser? Se sont-ils sentis admirés? Les as-tu inspiré? Vos relations sexuelles étaient-elles satisfaisantes? Ont-ils eu envie de se dépasser pour toi? De grandir?

Je te l’ai dit, jusqu’à mes 28 ans, je ne parvenais pas à véritablement faire l’amour avec mes partenaires.

À 28 ans, j’ai rencontré Alain à Montréal.

Je n’avais jamais eu envie d’enfants. Au contraire, j’étais catégorique: je n’en aurai jamais. Je ne transmettrai pas les horreurs de cette famille.

J’ai rencontré Alain et il a été le premier homme qui m’a donné envie.
Je l’ai su tout de suite qu’il serait essentiel à ma vie.
Je l’ai senti profondément dans ma chair.
Après une semaine, je l’imaginais déjà père.
Sauf que je ne parvenais pas, avec lui non plus, à faire l’amour sans me sentir envahie d’angoisses.
Je le rejetais. Je le diminuais. Je le gardais à distance.
Et il m’a quittée.

Je me suis excusée. On s’est revus, quelques fois. Et à chaque fois, il est reparti, sans donner de nouvelles. Il a fini par ne plus donner signe de vie. Un an plus tard, je lui ai écrit à nouveau. Il n’a pas répondu. 6 ans plus tard, à la suite d’une rupture, j’ai refait une tentative.
Et cette fois-là, il m’a écrit.

Je lui ai raconté ma tristesse, mes déboires amoureux ; il a écouté, m’a défendu, et … il s’est excusé.
Il m’a appelé. De longues heures durant.
Et j’ai pleuré longuement.
Je me suis sentie guérie.

Je n’ai jamais regretté mon acharnement.
À l’époque, mes amis me disaient qu’il se moquait de moi, n’avait cherché qu’une aventure, que je devais l’oublier.
Ils me disaient que c’était ridicule de tant insister.

Et pourtant, cet homme m’a transformée. Il m’a transformée lorsque je l’ai rencontré. Il m’a transformée lorsqu’il m’a plaquée. Il m’a transformée lorsqu’il s’est excusé et m’a dit se sentir incapable d’aimer. Il m’a transformée lorsque j’ai pu lui dire: tu es un homme bien, tel que tu es. Et je ne te rejette pas. Quoi que tu fasses, quoi que tu dises, je ne te rejette pas. Je te laisse choisir. Je suis là, tu peux venir me rejoindre. Et je ne t’abandonne pas.

Il n’a pas choisi de venir. Il ne s’est pas senti capable d’aimer une femme si intensément. Il se pensait incapable de fidélité. Il pensait que je méritais mieux.
Peu importe. Moi, j’avais décidé d’ouvrir mon coeur, quoi qu’il dise, quoi qu’il arrive.

Et ça m’a profondément apaisée. Ça m’a profondément guéri.

La prochaine fois, je vous raconterai aussi ce qu’il m’a appris.

Quelques secondes ?
Dix minutes ?
Pour moi, ce fut l’éternité.

Il déposa sa main sur ma joue ; la caressa, longuement.
Comme si ses doigts déchiffraient ma peau.

Lentement, il parcourut le contour de mon visage, pore après pore, interprétant mon épiderme. Il disait en aimer la finesse.
Il a plongé en moi et m’a observé par-delà les formes.
Je ne bougeais pas, intensément présente à son mouvement et à mes sensations.
Je ne pensais plus ; j’étais devenue sa main.

Il continua son exploration et parvint à mon menton.
Ses yeux suivirent les lignes imaginaires de mes démarcations.
Encore quelques centimètres, une milliseconde,
et j’ai décroché.

Une honte m’a giflée au visage.
Un réveil brutal, pour une simple excroissance.
Un court instant
et un bouton.
Cela a suffit et j’ai brisé le cocon.

Cet état méditatif dont vous me parlez, je l’ai vécu, sans même le chercher.

« Quelles sont les raisons qui vous poussent à vouloir enseigner le yoga? »
Je fus surprise. Je ne m’en souvenais pas.
Je vis sans passé, j’oublie au jour le jour, comme une amnésique.
Mes décisions sont fugaces, elles me traversent sans laisser de trace.
Je pratique depuis peu et je suis une femme cassée.
Cassante. Je l’étais.
Puis je l’ai rencontré.
Il y a eu ces quelques secondes, et il y en a eu d’autres.
Je n’ai plus jamais été la même.

Le jour où je vous ai téléphoné, celui-là même où je me suis inscrite, je devais penser à lui.

Rappelle-toi. L’étape n°1 pour améliorer ta vie amoureuse, c’est de savoir ce que tu veux vraiment. Pour ça, je t’ai préparé un audio.

Découvre ton exercice de visualisation ici

Pin It on Pinterest

Share This